jeudi 31 mars 2022

A Year of Stitches - Une année brodée - mars 2022

Le mois de février m'avait amenée à amorcer enfin les tout premiers points de ce projet personnel, A Year of Stitches, dont j'aborde la genèse dans cet article

Enfin lancée sur les bons rails, le mois de mars devait me permettre de trouver quelques automatismes avec ce projet. 

Le dessin étant définitif, la technique étant choisie, la palette de couleurs déterminée, il n'y avait "plus qu'à" broder. C'est donc ce que j'ai commencé à faire durant ce mois de mars. 

A year of stitches - Marion Romain

Le timing

Pour ce projet bonus, en mars, j'ai volé quelques minutes ici et là, rogné sur des petites fenêtres de temps libre. Il s'est fait rare, ou ailleurs que chez moi, le temps libre, ce mois-ci, ce qui a complexifié encore un peu plus la bonne tenue de ce projet, qui pour le coup n'est pas vraiment mobile. 

J'ai réalisé quelques points avant de filer prendre un train, quelques autres avant de quitter mon atelier en fin de journée. Dans ma tête, j'ai découpé les différents éléments de ce projet en grandes étapes : un oiseau pour le mois de mars, un oiseau pour le mois d'avril. Ce serait bien, ça. 

Aujourd'hui, c'est la dernier jour du mois de mars, mon premier oiseau n'a pas encore déployé ses ailes. Et ce n'est pas bien grave. Sur Instagram, la dernière fois que j'ai abordé les avancées de ce projet, une personne m'a écrit très justement : "petit à petit, l'oiseau fait son nid". C'est bien vrai. S'il y a une chose que je me suis bien promise, c'est de ne pas me fâcher avec ce projet. Cela passe d'abord par ne pas me fâcher avec moi-même. Même si tout ne va pas aussi vite que je l'aimerais, tout cela prendra le temps nécessaire, selon le temps que je réussirai à y consacrer. 

La technique : la peinture à l'aiguille. 

La technique que j'ai choisie pour ce grand tableau brodé est une sorte de peinture à l'aiguille que je qualifierai de "volontairement imparfaite". 

Quand ce projet m'est venu en tête, j'ai su assez vite que j'avais envie de me diriger vers la peinture à l'aiguille avec lui. C'est une technique, que je trouve fascinante. Une technique qui, comme son nom l'indique, permet de coloriser un dessin brodé par le fil en travaillant avec d'infimes nuances, presque comme s'il s'agissait de peinture. 

C'est une technique que j'aime beaucoup, mais que je n'ai pas si souvent l'occasion de pratiquer dans mes ouvrages les plus courants. Avec ce projet bonus, je me créais donc l'opportunité de développer ce petit rendez-vous régulier avec cette pratique minutieuse que j'apprécie, qui me met au défi. C'était une façon de faire en sorte que ce projet m'apporte réellement quelque chose dans ma pratique de la broderie. 

J'ai fait le choix de travailler intégralement avec un seul brin de fil. Un choix qui pourrait sembler surprenant, par rapport au format du support, car il exigera nécessairement plus de temps qu'une broderie à deux brins ou davantage.

C'est que pour expérimenter pleinement la peinture à l'aiguille, il était important pour moi de pouvoir faire les choses sans compromis. De sonder la couleur, les plus infimes nuances de beige et de gris.  Tout cela ne pouvait à mon sens ne se faire que brin par brin.

Travailler à un brin n'apporte pas que des complexifications, d'ailleurs : comme le montrent ces photos, mon remplissage est pas complètement uniforme, il est clairsemé, comme si l'on avait griffonné sur la toile. Avec cette technique, je ne vise pas un remplissage parfait, je cherche le geste, je cherche à fixer l'essentiel, comme si ces oiseaux avaient été peints par touches, de façon très spontanée. Adopter ce parti pris en travaillant avec davantage de brins aboutirait à quelque chose de plus grossier, alors qu'à un brin, cette peinture à l'aiguille "volontairement imparfaite" conserve toute sa finesse. 

A year of stitches - Marion Romain

Les avancées 

La partie la plus plaisante de ce mois de mars a consisté à réaliser la tête de ce premier oiseau. Commencer à le voir prendre forme à partir du bec, puis de l'ajout de toutes ces couleurs, était plein de variations, et ne laissait pas de place à l'ennui. Avec le ventre, et ces larges zones blanches, j'ai ensuite traversé une phase plus monotone, et, disons-le, quelque peu plus lassante.  

La suite 

En avril : cet oiseau devait avoir déployé pleinement ses ailes. Je commence à m'y consacrer dès aujourd'hui, mais ça, nous nous en reparlerons dans un mois si tout se passe bien. ;)

A Year of stitches : le bilan de janvier - Le bilan de février

A year of stitches - Marion Romain
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Y a pas à dire, j'adore te lire! Le suivi de cet ouvrage au long court se fait comme on suivrait les épisodes d'une série... Alors, vivement le prochain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jessica, ça me fait plaisir ! Je crois que le prochain "épisode" regroupera avril et mai, car je n'ai pas fait assez d'avancées ce mois-ci, ouhlala !

      Supprimer