dimanche 8 juillet 2018

Ten little Positive things #102

lavandes
1 - Photographier la lavande bretonne, à défaut de celle de Provence. 

coffre vintage
2 - Chiner ce petit coffre, dans lequel j'ai déjà prévu de stocker mes plaques de linogravure gravées, dans le futur bureau / atelier qui m'attend pour la rentrée de septembre (je vous en reparlerai).

Bretagne - Le Guilvinec
3 - Démarrer la journée au bord de la mer. 

crêperie La Rozell
4 - Savourer les crêpes rennaises (qui ne peuvent cependant pas détrôner les crêpes du Finistère à mes yeux !) Malgré tout, celles-ci, dégustées chez La Rozell, étaient très bonnes.

linogravure Marion Romain
5 - Broder du papier, comme je vous en parlais dans mon article sur cette linogravure brodée,  la semaine dernière. 

magie du rangement
6 - Faire du tri, et en tirer un certain allègement de l'esprit.

In Power podcast
7 - Ecouter le podcast In power, avec Marion Seclin, que je n'apprécie jamais plus que lorsqu'elle parle avec sérieux de son parcours, de ses projets, de ses ambitions (bien qu'elle me fasse souvent beaucoup rire par ailleurs). Cet épisode est un concentré de coups de boost pour qui se trouverait toujours toutes les bonnes raisons du monde pour ne pas se lancer, hésiter et ne pas oser. Cette phrase de Marion,  "On verra ce que nos erreurs créent", mantra de cet épisode, m'a tout particulièrement parlé.

lampe Vanity boum
8 - Recevoir ma jolie lampe Vanity Boum. Je ne saurais pas dire depuis combien de temps je rêvais de faire entrer une de ces lampes dans mon intérieur, mais je manquais chaque fois les mises à jour de l'eshop de la marque, souvent victime de son succès, et de ses petites quantités. Il faut dire qu'Adélaïde, la créatrice de la marque, chine minutieusement chacun de ces globes aux quatre coins du monde, avant de leur offrir une seconde jeunesse. Chaque lampe est donc unique, et les ventes se font en jouant des coudes pour pouvoir s'offrir un de ces petits bijoux.

Je trouve le résultat toujours d'une grande élégance, discrètement féminin, avec un petit côté Art Déco qui me plaît tant. Le mois dernier, à l'issue de beaucoup - beaucoup - de patience, la chance m'a finalement souri, et j'ai réussi, sans trop y croire, à glisser cette lampe dans mon panier. Je l'ai reçue toute fébrile, découvrant avec beaucoup d'amour ma lampe, Varsovie, qu'elle s'appelle. Le globe vient des années 30, une de mes périodes favorites en décoration. C'est un petit cadeau de moi à moi, en prévision de mon futur chez moi, mais je n'ai pas pu résister à le déballer dès maintenant.

La Casa de papel
9 -  Découvrir enfin La Casa de papel. J'ai un peu tardé pour plonger dans cette série dont tout le monde parle, attendant d'être dans une période de creux au niveau du visionnage de mes séries habituelles, et j'ai enfin pu regarder le premier épisode la semaine dernière. Puis le deuxième, puis le troisième. 

J'en suis actuellement au milieu de la saison 1, et quelle découverte ! 
La Casa de papel, série espagnole, c'est l'histoire du braquage - le meilleur jamais organisé - de la Fabrique nationale de monnaie. La série suit le déroulement du plan de son orchestrateur, un mystérieux personnage surnommé El Profesor, un vrai génie, qui a tout planifié depuis son enfance, et se rêve en Robin des bois des temps modernes, souhaitant voler l'argent des banques sans faire montre d'aucune violence. Pour mettre son plan à exécution, il s'est entouré d'une poignée de malfaiteurs, parmi les plus recherchés du pays, des personnages de tous bords, qui ont en commun de n'avoir plus rien à perdre. 

Je suis pour le moment surtout impressionnée par le jeu du personnage du Professeur, incarné par Álvaro Morte, que je trouve absolument magistral dans ce rôle. Mais j'aime aussi beaucoup le développement, petit à petit, de chacun des personnages, qui prennent de la profondeur et de l'intensité épisode après épisode. Il me tarde de parvenir à la fin de la première saison. 
10 - Voir mon crassula reprendre des forces, après avoir cru le perdre.

Et vous, quels ont été vos petits plaisirs de ces derniers jours ? 
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 26 juin 2018

Broder du papier : ma gravure de baigneuse brodée

linogravure brodée


Broder du papier : ma gravure de baigneuse brodée



Si je me replonge dans mon article sur mes aspirations créatives en 2018, je me souviens de mon envie de faire se rejoindre deux de mes activités créatives favorites, la broderie et la gravure. 


J'ai toujours considéré la broderie comme une extension des dessins que je pourrais par ailleurs réaliser sur papier, ou comme une nouvelle manière d'exprimer ceux-ci. Je parle d'ailleurs souvent plus de mes dessins brodés que de mes broderies.

Mes gravures, de leur côté, me permettent de conserver le contact avec le papier, et voir se révéler les couleurs des encres que j'ai choisies, une fois mes plaques gravées et imprimées, est un plaisir créatif inégalable, pour l'amoureuse du papier que je suis.


linogravure brodée


Ma gravure de baigneuse brodée


Mêler la gravure et la broderie devait donc arriver tôt ou tard, cette année, et c'est avec ce dessin tout à fait estival que j'ai concrétisé cette envie. 

J'ai d'abord imaginé cette baigneuse, dérivant sur sa bouée en plein milieu de la mer. Je l'ai gravée, puis imprimée, en n'utilisant volontairement qu'une seule couleur pour ma gravure. Dès le début, j'avais en tête l'idée d'utiliser la broderie pour apporter une deuxième couleur et un petit twist à ma gravure par la même occasion. 


linogravure brodée

J'ai choisi d'égayer un peu la bouée de la baigneuse, avec un fil mouliné DMC rouge (référence 321). Le point que j'ai employé pourrait s'assimiler au passé plat empiétant, à la nuance près que le papier engendre quelques contraintes par rapport au tissu. C'est d'ailleurs en pensant à ces contraintes que j'ai souhaité profiter de cet article pour partager quelques conseils avec vous qui projèteriez peut-être de broder sur du papier à votre tour.

Mes conseils pour broder sur du papier


linogravure brodée

  • N'espérez pas broder sur le papier de la même façon que vous brodez sur tissu. Le papier a des spécificités qui ne rendront pas tout possible. Il faut prendre en compte ces spécificités, et les tourner en atout. (ici par exemple, le passé plat empiétant n'est pas aussi "serré" que je l'aurais fait sur tissu). Mon premier conseil est donc de ne pas chercher à percer de trous trop serrés, au risque de finir par déchirer votre papier.  

  • Percez votre papier par l'endroit pour bien visualiser où vous piquez vos points. Quand vous brodez sur tissu, vous passez successivement de l'endroit vers l'envers, et de l'envers vers l'endroit. Tout ceci ne pose pas de problème sur tissu, car celui-ci autorise le tâtonnement et permet de repositionner son aiguille au bon endroit si on a piqué trop près ou trop loin la première fois. Sur papier, ce ne sera pas possible, car il faut éviter de faire des trous superflus dans le papier. Je vous conseille donc de faire des repérages réguliers sur l'endroit pour savoir où est-ce que vous voulez piquer votre aiguille. Ensuite, si vous devez piquer de l'envers vers l'endroit, vous retrouverez facilement le trou que vous avez préalablement percé sur l'endroit. 

  • Selon la broderie que vous souhaitez faire sur le papier, vous pourrez même parfois poinçonner au préalable sur l'endroit l'ensemble des trous dont vous aurez besoin pour la broderie (je pense notamment à des broderies simples au point arrière. Dans ce cas, tracez doucement votre dessin au crayon à papier sur l'endroit, et percez le papier régulièrement sur le tracé de votre dessin. Il ne restera plus qu'à "relier" les trous obtenus en passant votre aiguillée de fil à l'intérieur.
  • Le papier est fragile. Prenez votre temps pour éviter de percer le trou de trop (voir point précédent). 
linogravure brodée

J'espère que cet article vous aura été utile, et qu'il vous ouvrira - qui sait - de nouvelles perspectives créatives. Avez-vous déjà testé la broderie sur papier ? 
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 24 juin 2018

Ten little Positive things #101

robe Colette Balzac Paris

1 - Enfiler ma nouvelle robe Balzac Paris (qui semble être en rupture de stock malheureusement) comme une seconde peau.


2 - Découvrir l'incroyable clip de Beyoncé tourné au Louvre (et me demander s'il faut s'appeler Queen B pour avoir le Louvre une nuit pour moi toute seule).

hortensias
3 - Remarquer les premières fleurs d'hortensias en train de prendre des couleurs.
rosée
4 - Photographier ces perles de pluie.

Hello summer
5 - Saluer l'arrivée de l'été par une broderie.
broderie
6 - Emporter mon petit matériel de broderie le plus naturellement du monde sur ma petite crique préférée.

glaces Bankiz

7 - Savourer une glace face à la mer. Dans le Finistère sud, je n'ai qu'une seule adresse à conseiller (ou presque) pour des glaces délicieuses, c'est chez Bankiz, à Bénodet. 

livre Broderie green

8 -  Dénicher le livre Broderie green chez mon petit libraire. Je n'ai jamais acheté de livre de broderie, j'ai avancé dans ce domaine sur mon propre chemin, qui s'est construit petit à petit à mi course entre la broderie et le dessin.  Et je dois dire qu'une fois brodés mes propres dessins, il me reste toujours trop peu de temps et d'énergie pour broder les modèles des autres. Mais le livre de Charlène, dont je suis le travail sur Instagram depuis un bout de temps, me semblait bien trop joli, bien trop soigné, bien trop parfait pour qu'il ne termine pas entre mes mains. Après l'avoir feuilleté une première fois, tout ceci s'est confirmé. Les broderies de Charlène, florales, légères et charmantes, sont joliment mises en valeur par les photos de Julie Robert, dont j'admire aussi le travail. Je crois que leur association ne pouvait faire que des merveilles. Et je pense que ce livre réjouira toutes les personnes qui ont envie de se lancer dans la broderie en se sentant un peu guidés, conseillés. Cet ouvrage sera fait pour vous, c'est sûr. 

framboises
9 - Goûter aux premières framboises du jardin de ma maman.

brocante
10 - Chiner au bord de l'eau.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 19 juin 2018

Le punch needle : mes conseils pour se lancer

punch needle DIY

Le punch needle, je lui tourne autour depuis de très longs mois. Si vous suivez de près les tendances DIY qui se succèdent sur Instagram ou Pinterest, vous n'avez pas pu passer à côté de la mode du punch needle.

J'avais depuis longtemps très envie de tester cette technique, sans toutefois savoir comment me l'approprier en restant dans mon univers et le genre de broderie que j'aime réaliser. Après avoir beaucoup tourné et retourné mon aiguille entre mes mains, je me suis enfin décidée à me lancer dans un premier ouvrage, encore tout plein d'imperfections, juste pour tester "la bête". 

En résulte ce jeu de vagues en camaïeu de bleus, que je partage avec vous aujourd'hui, ainsi que tous mes conseils de punch needleuse en herbe, qui pourront aider je l'espère celles et ceux qui hésiteraient encore à se lancer.

Le punch needle : mes conseils pour se lancer

Le punch needle, c'est quoi ? 


Le punch needle, aussi appelé aiguille à puncher, ou encore "aiguille "magique", est une technique de broderie particulière, popularisée notamment par Instagram ces derniers temps. Elle permet de broder avec de la laine et d'obtenir des textures un peu folles, tout cela avec la simplicité d'un jeu d'enfant. Elle est idéale pour réaliser des broderies aux formes abstraites et géométriques, mais il est aussi possible d'imaginer des tableaux plus figuratifs avec elle. 

Le principe ? Grâce à l'aiguille, on poinçonne la toile de tissu sur l'envers pour former une broderie tout en relief sur l'endroit. Il existe plusieurs types et tailles d'aiguilles, qui ont chacune leur intérêt : elles permettent de broder avec des variétés de fils et de laines très diverses, et d'obtenir ainsi de beaux contrastes de textures.

Quel matériel se procurer ? 


Outre un tambour à broder, qui vous permettra de broder en gardant votre tissu bien tendu, il vous faudra choisir parmi les nombreuses aiguilles à puncher qui existent sur le marché. 

Différents types d'aiguilles à puncher


Il existe aujourd'hui de multiples références en la matière, pour tous les budgets. Je n'ai pas testé les aiguilles en plastique, et ne pourrai donc pas m'avancer sur leur durée de vie, ni vous dire s'il faut  forcément y voir des objets "gadgets", mais sachez que l'aiguille que vous utiliserez sera tout de même assez sollicitée par vos gestes (tout comme votre poignet !), et que le choix d'investir dans une aiguille un peu plus onéreuse mérite peut-être la réflexion.

Dans ce domaine, je savais depuis le départ que je voulais tester l'aiguille OXFORD. Cette aiguille a été créée par une américaine, Amy Oxford, et c'est une référence incontournable pour tous les travaux en punch needle. Malgré son prix (autour de 30 euros), et les régulières ruptures de stock dont elle est victime, c'est un bel objet, avec son manche en bois, que vous garderez longtemps et qui ne risque pas de se casser au cours de vos ouvrages. 

punch needle DIY

Il existe plusieurs tailles d'aiguilles Oxford. J'ai testé pour ma part une aiguille taille 14. C'est le modèle qui permet de réaliser les boucles les plus courtes (3 mm), et de broder les détails les plus fins que cette technique autorise. Avec cette aiguille, il faut utiliser des fils de coton ou des laines assez fines. 

Par comparaison, une aiguille taille 10 regular vous permettra de réaliser des boucles de 6 mm de haut, et d'utiliser des laines plus épaisses.

De manière général, l'aiguille 8 est celle qui permet d'obtenir les plus grandes boucles, tandis que l'aiguille 14 permet d'obtenir les plus petites. Pour démarrer, si vous hésitez sur le modèle dans lequel investir, l'aiguille taille 10 est sans doute la plus polyvalente


punch needle DIY

Quel tissu utiliser ?


Pour faire du punch needle, vous devrez utiliser un tissu différent de celui-ci utilisé fréquemment pour des broderies à l'aiguille classique, au risque de trouer ce dernier. 
Vérifiez donc avant d'acheter votre toile, que la trame de celle-ci est composé de 12 fils / cm. (en mercerie, demandez une toile 12 fils pour des travaux de broderie).

La toile de jute peut aussi faire l'affaire, ce sera d'ailleurs l'option la plus économique pour démarrer. 

Evitez les toiles pur coton (à moins qu'il soit précisé qu'elles conviennent pour le punch needle) qui auront généralement du mal à résister au poinçonnage régulier de l'aiguille. Préférez une toile de coton avec au moins 40 % de polyester. 


Où se procurer le matériel 


  • Punch needle Amy Oxford : 
Vous pouvez vous procurer l'aiguille Oxford en ligne sur le site de Perles and co, ou chez La Couserie créative. (Attention, les ruptures de stock sont fréquentes... mais les réassorts aussi)

Vous trouverez aussi un certain nombre d'alternatives (le plus souvent en plastique) en mercerie parmi d'autres marques. 
  • la toile : 
Pour mon premier essai, j'ai testé la toile Floba, trouvée chez Tree Cottage sur les conseils avisés de Julie Robert, et j'en ai été très satisfaite.

La toile Monk's Cloth, disponible chez La Couserie créative, est aussi apparemment bien conseillée. 

Si vous préférez l'option toile de jute, vous en trouverez dans toutes les merceries. 

Comment utiliser la punch needle 


Démarrer le punch needle avec l'aiguille Oxford


Si la punch needle d'Amy Oxford peut sembler un peu obscure de prime abord, en réalité, on a très vite fait de se l'approprier. 

Pour enfiler votre fil, passez-le dans la boucle en haut du manche, puis faites-le glisser dans la fente visible sur le manche en bois. Laissez environ 3 cm de fil dépasser. 
punch needle DIY
punch needle DIY
Prenez l'aiguille en main, en veillant à ce que la fente soit toujours dirigée vers le haut, et poinçonnez une première fois votre tissu en allant jusqu'à la butée du manche en bois. 

Ressortez votre aiguille, en faisant attention à rester bien au ras de la toile, sans ressortir trop votre aiguille, et poinçonnez une deuxième fois quelques millimètres (l'équivalent de 2 fils de trame) plus loin.

Sur l'endroit du tissu, vous voyez se former un chemin de points plats, tandis que si vous retournez votre tissu, des bouclettes se sont créées sur l'envers. 
punch needle DIY
punch needle DIY

Bouclettes et points plats


L'originalité du punch needle est que cette technique permet de jouer avec les textures selon que vous exploitez son rendu sur l'endroit ou sur l'envers du tissu. 

En poinçonnant sur l'endroit du tissu, vous allez obtenir des points plats, comme sur mon tableau de vagues. A l'inverse, la photo suivante vous montre les bouclettes qui se forment au même moment sur l'envers du tissu, que j'ai choisi de ne pas exploiter pour ce premier ouvrage. 

Le plus rigolo est donc de jouer avec ça et de poinçonner parfois sur l'envers de la toile, pour que les bouclettes se forment sur l'endroit


punch needle DIY

Finitions 


Pour la plupart des aiguilles Oxford, les aiguilles 8, 9 et 10, notamment, vous n'aurez pas besoin de faire quoi que ce soit une fois votre ouvrage terminé. Pour des travaux réalisés avec l'aiguille 14, il est préférable de plaquer un tissu thermocollant sur l'envers de votre ouvrage pour bloquer les bouclettes, car celles-ci sont très courtes, et pourraient se défaire assez facilement. 

Vous pouvez laisser votre broderie dans un cadre à broder pour l'encadrer, comme je l'ai fait, ou bien l'utiliser pour décorer un coussin, une pochette, un tote bag... Les possibilités ne manquent pas, comme vous pourrez le constater avec quelques-unes des réalisations que j'ai sélectionnées chez quelques-unes de mes créatrices chouchoutes. 

Mes créatrices chouchoutes : 













Et si vous souhaitez en voir plus, j'ai un sous-tableau de mon compte Pinterest qui est entièrement consacré au punch needle. N'hésitez pas, d'ailleurs, à épingler le visuel  qui suit sur vos tableaux pour conserver facilement accès à cet article. 


punch needle DIY

Alors, ça vous donne envie de vous lancer ? 
Ou peut-être avez-vous déjà testé la technique du punch needle ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 10 juin 2018

Ten little Positive things #100

Ten little positive things #100 - Marion Romain

1 - Profiter d'une balade à la mer, et photographier le charme volatile de la lagure sauvage, aussi appelée "queue de lièvre".

Ten little positive things #100 - Marion Romain

2 - Tomber sur des rhododendrons sauvages au sommet de leur floraison.
Ten little positive things #100 - Marion Romain

3 - Recevoir le premier livre de Julie Adore sur le doodling créatif. J'ai toujours été très admirative de la spontaneité presque enfantine du trait de Julie, qui est à chaque dessin un vrai bonbon pour les yeux. Julie a eu la gentillesse de m'envoyer son ouvrage afin de me le faire découvrir, et sans surprise, j'ai plongé dedans avec grand plaisir. Son livre s'adresse surtout à toutes les personnes convaincues de ne pas savoir dessiner, avec une méthode particulièrement plaisante et addictive pour dessiner tout plein de motifs floraux.  
Ten little Positive things #100 - Marion Romain

4 - Réussir à courir à nouveau 5 km, après avoir hiberné beaucoup trop longtemps.
Ten little Positive things #100 - Marion Romain

5 - Goûter aux premières cerises de la saison.
Ten little positive things #100 - Marion Romain

6 - Dessiner des dinosaures avec ce petit garçon.
Ten little Positive things #100 - Marion Romain

7 - Faire un détour par Rennes, le temps d'y entrevoir de jolies choses. 
Ten little Positive things #100 - Marion Romain

8 - Cueillir des pâquerettes.
Ten little positive things #100 - Marion Romain

9 - Préparer de prochaines gravures à imprimer, et faire de nouveaux tirages de ce homard, pour un projet dont j'espère réussir à vous reparler le plus tôt possible. 

Ten little positive things #100 - Marion Romain
10 - Bricoler devant Roland Garros.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 5 juin 2018

Les petits matelots #2 : créer en série pour trouver son style

Broderie Les petits matelots #2

Les petits matelots #2

Il y a quelques semaines, j'ai partagé avec vous cette broderie Les petits matelots réalisée à mon retour de Biarritz, la tête encore chargée d'images de cet autre bord de mer, celui du sud ouest, que je ne connaissais pas encore jusqu'alors. 

Avec elle, j'avais en tête de démarrer une série de dessins brodés autour de ce même thème, de ces petits matelots que je pourrais balader d'un bord de mer à l'autre. C'est devenu mon obsession créative du moment, au point de déborder même de l'univers de mes broderies pour m'influencer jusque dans ma pratique de la gravure. La linogravure marine que j'ai publiée la semaine dernière en est une première preuve, tandis qu'une autre est déjà en cours d'ouvrage. 

Broderie Les petits matelots #2

Créer en série pour affiner son style


J'aime cette idée de créer des choses par séries. C'est une manière, à mes yeux, d'aller au bout d'un sujet, de l'approfondir jusqu'à dire tout ce qu'on a à dire sur lui. De rebondir quand l'essoufflement semble poindre. De creuser, de fouiller encore, quand on pense avoir tout dit

C'est souvent un des aspects qui permet d'identifier rapidement le travail d'un créateur, de caractériser son style et, en tant que créateur, de le (de se) trouver. 

Parmi les créatrices et brodeuses dont j'aime suivre le travail sur Instagram, je constate d'ailleurs qu'on retrouve beaucoup cette linéarité dans les sujets abordés, cette déclinaison autour d'un même thème. J'aime notamment le minimalisme twisté de fins détails de Aude, des Trois petits riens. Ou celui, poétique, de Times New Romance. On pourrait craindre la lassitude, et pourtant on se lasse de rien du tout, car c'est comme une histoire qui continue de s'écrire, nous épargnant sa dernière page. 

Mes conseils


Si je pouvais donner trois menus conseils à celles et ceux qui souhaiteraient se lancer pour quelques créations en série, je vous dirais d'abord de prendre le temps pour bien réfléchir au sujet qui vous correspond, qui vous colle au corps, même. Vous allez passer des heures avec lui, il vaut mieux que vous ayez des choses à vous dire, pour ne pas risquer de vous en lasser dès le départ.

  • Chez moi, je sais que la mer est et restera une source d'inspiration inépuisable, dont il est impossible que je me lasse un jour. C'était donc le sujet parfait pour commencer un projet en série. 
Créer en série ne doit surtout pas vous enfermer dans un cadre trop étroit. Gardez en tête que votre projet va évoluer, muer au fur et à mesure.  Il est même sain que cela se passe ainsi. C'est précisément toute la richesse de ce genre de projet, de vous faire cheminer, une idée en entraînant une autre, vers des directions que vous ne pensiez pas forcément prendre au départ

  • De mon côté, ce projet autour des petits matelots, que je pensais au départ réserver à la broderie, m'a rapidement amenée à le faire déborder sur le travail que je réalise de gravure. Il m'a emmenée ailleurs que mon intention de départ, et je sais que d'autres pages restent encore à écrire. Il me tarde de les découvrir...

Gardez d'autres projets alternatifs en parallèle. Ce n'est pas parce que vous vous lancez dans un projet de créations en série que vous ne devez plus faire que ça. Voyez ce projet comme quelque chose qui se joue sur le long terme. Pour tenir, vous aurez besoin de "soupapes créatives", qui vous aideront à rester passionné par votre projet. 

  • En ce qui me concerne, alterner des projets de nature différente est un de mes mots d'ordre en matière de création. Il se trouve que j'ai choisi de me prendre de passion pour deux activités particulièrement chronophages - la broderie et la gravure - et que je me suis très vite rendu compte de la nécessité, pour moi, de varier les plaisirs. Je passe ainsi régulièrement d'une broderie à une gravure, et d'un thème à l'autre, intercalant des ouvrages plus "récréatifs" au milieu des projets en série.

Les petits matelots brodés de... Loctudy


Au retour de Biarritz, j'ai donc moi aussi voulu continuer d'écrire l'histoire de ces petits matelots. J'ai songé aux phares bretons que j'aime, et celui de Loctudy, avec son habit en damier, si photogénique, m'est aussitôt venu en tête. Ni une, ni deux, les voilà posés là, sur la plage, nez au vent, ces petits matelots. 

Broderie Les petits matelots #2

La broderie est réalisée dans la continuation de la première, reprenant ses codes, ses points et ses couleurs, que je vais détailler à nouveau ici : 

(J'ai utilisé les fils moulinés DMC avec 1 fil, sauf pour le point de pompon, réalisé avec 2 fils).

- Contours : point arrière, DMC 336
- vagues : point arrière, DMC 3811
- rayures de la marinière : point de chaînette, DMC 336
- sable : point arrière, DMC 747
- base du bonnet marin (ou "bachi) : passé plat empiétant, DMC 336
- pompon : point de pompon (pompon stitch), DMC 666.

Comme d'habitude, je glisse ici un visuel destiné à vos tableaux Pinterest, si vous souhaitez pouvoir re-consulter facilement cet article à l'avenir.
Broderie Les petits matelots #2

J'espère que tout ceci vous plaira !
Et alors, je les emmène où, la prochaine fois, ces petits matelots, vous me dites ? 
Les petits matelots #2
Rendez-vous sur Hellocoton !