jeudi 23 août 2012

Stan

Sur le siège du copilote, autant être honnête, Stan ne servait pas à grand chose. Les panneaux de direction pouvaient bien défiler à leur guise, le spectacle avait bien plutôt lieu sous ses paupières closes, où il lui semblait redécouvrir le principe de la propagation rectiligne de la lumière. Le  Soleil et les arbres de bord de route se battaient pour lui offrir des rayons d'ombre ou de lumière, et le monde, sous ses paupières closes, alternait incessamment entre une obscurité furtive et des teintes rougies qui avaient tout juste le temps de lui brûler la peau par intermittence. 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire